On ne peut appréhender l’engagement dans la communauté française de Bernard Métais sans connaître son parcours académique. Lycée Henri-IV & Louis le Grand, Ingénieur de l’Ecole Centrale de Paris, puis, ayant fait le choix de la rigueur de l’enseignement allemand, Doctorat es Sciences à l’Institut de Technologie de Karlsruhe en 1960. Son premier contact avec les Etats-Unis aura lieu deux plus tard, quand il sera invité  comme professeur-assistant en thermodynamique à l’Université du Minnesota. C’est à Minneapolis qu’il rencontre Anne avec laquelle il se mariera deux ans plus tard auprès du Consul général de France à Los Angeles, Romain Gary, qui offre à celle-ci cette félicitation complaisamment française : “Madame, vous avez eut l’intelligence de vous marier avec un Français. En reconnaissance, la France vous offre la nationalité française”.

Il retourne en France où il travaille aux  Pétroles d’Aquitaine –aujourd’hui partie d’Elf. Des recruteurs Américains, intéressés par son profil diversifié, lui offre un poste à Emeryville (près de San Francisco) au sein du centre de recherche de la Shell. Il fait partie des équipes qui mettent au point et démarrent des procédés uniques au monde. Il aura ainsi la chance de faire partie d’une toute petite équipe qui écrira le premier  logiciel au monde de simulation dynamique d’une unité pétrochimique  Faisait partie de cette équipe Adam Osborne le « père » de l’ordinateur personnel portable avec qui il gardera des relations d’amitié.  Shell Development déménageant  à Houston, il revient à Paris à la SERETE, société d’ingénierie  dans le domaine de l’Energie comme chef de service des études de procédé. En élargissant davantage encore son champ d’expertise en ingénierie, les sirènes de Bechtel, une des toutes premières sociétés d’ingénierie et de construction au monde se font plus puissamment entendre et il retourne à San Francisco en 1973.

Ce choix est  motivé par les conditions de travails offertes aux ingénieurs aux Etats-Unis. Alors qu’en France la conception, la construction et le démarrage  d’installations sont des projets individuels à transparence et communication difficiles, les Américains privilégient une approche globale qui permet de résoudre plus rapidement les difficultés entre phases du projet. Sa carrière à Bechtel  ira de chef de service au poste de Vice-président, Directeur Technique de la Division Génie Civil en passant par des responsabilités de chef des projets de Bechtel en Afrique du Nord où il y passera 3 ans. Il sera élu Bechtel Fellow en 1987 pour son leadership dans l’utilisation des ordinateurs aux projets  Avant sa retraite, il sera affecté Directeur général de SEMALY à Lyon qui est spécialisée dans les transports urbains en particulier les tramways modernes (Strasbourg, Nantes, Saint Etienne,..) et les métros automatiques (Lyon, Taiwan, Londres,…) Travaux passionnants et d’avant-garde qu’il fut heureux de mener à bien car, dit-il,  il put payer ainsi ses dettes envers la France qui avait financé la formation et l’instruction qui lui permirent d’avoir une carrière industrielle productive

Pendant son dernier séjour en France il fut le conseiller technique de Luc Montagnier (prix Nobel) pour la construction de centres de recherche sur le SIDA. Pendant de nombreuses années il fut vice-président de la section Ouest des USA des Ingénieurs et scientifiques de France.

A sa retraite en l’an 2000 son engagement dans la communauté française de San Francisco devient plus concrète (Président de l’Alliance Française de Berkeley (AFB), encore aujourd’hui son Président  émérite, membre du Conseil d’administration de la Fédération des Alliances Françaises aux USA..). Cet engagement avait été précédé par celle d’Anne Metais qui fut Présidente de l’AFB de 1981 à 1989 et qui demeura active au sein de la communauté de l’Eglise Françaises de Notre Dame des Victoires à San Francisco, activités reconnues par sa promotion à l’ordre des Palmes académiques. Ils demeurent tous les deux  actifs, entre autres par de très nombreuses présentations illustrant les réussites Françaises dans le monde.

Advertisements